La crise climatique nous amène à repenser tous nos modèles économiques et toutes nos pratiques. Mais par où commencer?

« C’est simple et c’est pas cher de commencer là où on est, puis d’amplifier. » Jean Corriveau, OBASAN. Le Jumelage Économique Durable met l’accent sur de petits changements d’habitudes et d’en acquérir de nouvelles pour optimiser les opérations. Les bonnes pratiques écologiques pour certains c’étaient déjà du quotidien. Pour d’autres presque tout était à construire. « Parfois, on se dit que nos petits gestes sont des gouttes d’eau, on voudrait avoir plus d’impact, mais il n’y a pas de petit geste. » Nathalie, Domaine Acer. Devenir membre JED en 2019 représente un budget de $1 500. Les entrepreneurs québécois attendaient un retour sur leur investissement en affaires dans l’Ontario. Pour les entrepreneurs et leaders ontariens, c’étaient plus d’information et de pratiques pour conscientiser leur personnel, leurs clients ou leurs membres.

  • Un business world café inter-provincial durant lequel chacun a découvert qu’il avait déjà à son actif, quelques solides pratiques respectueuses de l’environnement ;
  • Trois webinaires et des plans d’actions pour renforcer les pratiques écologiques dans toutes les opérations ;
  • Un coaching de terrain adapté à chaque organisation pour valoriser l’engagement écologique comme facteur de différenciation économique, locale et sociale ;
  • Six objectifs mensuels pour sensibiliser leurs employés, leurs partenaires et leurs clients afin de réduire sa consommation en papier, eau, énergie etc.… ;
  • Un parcours dans chaque province avec des rencontres commerciales ciblées pour mieux cerner les tendances et les attentes des clients plus conscientisés ;
  • Du covoiturage et des trajets en train qui ont renforcé les liens, alimenté des discussions et de nombreux fou-rires mais aussi des pistes concrètes de collaboration locale ;
  • Une recherche-action documentée toute l’année. « La recherche action vise la production de savoir et entretient des visées de changement dans la pratique professionnelle. » Louise Bourgeois, 2016 Aux Éditions de l’Université de Sherbrooke.

Pour être honnête, tous les membres JED ont constaté cet été que leur engagement a été mis à rude épreuve et certains ont même totalement décroché. Ils se sont raccrochés. Grâce aux suivis constants et à l’enthousiasme pragmatique et documenté des coleaders JED dans les deux provinces. Grâce à l’objectif final qui leur tenait à cœur. Grâce à leur volonté de faire progresser leur propre entreprise tout en respectant mieux les ressources locales, précieuses et limitées. « Il ne faut pas lâcher. C’est avec l’information et le partage que l’on peut changer nos manières de faire. Surtout ne pas lâcher. » Christine Bonneau-O’ Neill, L’Orignal Packing, membre JED.

Share This