JED en 11 apprentissages majeurs

JED en 11 apprentissages majeurs

1-En groupe on est plus fort : 2 provinces – 7 entreprises – 3 partenaires – 2 responsables. La mission de JED : stimuler et soutenir l’entreprenariat local, durable francophone par un processus innovant : le jumelage économique durable.

2-Patience et longueur de temps. La vision de JED : le rayonnement économique francophone en 10 mois.

Jumelage Économique durable. Premier programme en 2019
Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Sept. Oct. Nov. Dec.

3- « Soyons obsédés par le client. Les gens sont gentils. J’ai plusieurs clients et un distributeur potentiel à suivre, j’ai une meilleure compréhension de ce que je peux changer. » Cindy

4- « Le jumelage c’est d’abord la proximité et de la collaboration entre nous, même si nos matériaux de base sont différents. On a le pouvoir de travailler avec d’autres gens. On génère des solutions. » Naider synthétise les valeurs JED : échanges, croissance verte, éco-dynamisme.

5-Les obstacles se surmontent plus facilement que ce que l’on imagine au départ

Au départ, 5 membres craignent les coûts de mise en place élevés
A l’arrivée, TOUS constatent : « C’est simple et pas cher de commencer là où on est. »

 

Au départ, 5 membres se demandent comment vaincre les résistances au changement et engager
TOUS ont naturellement engagé leurs employés, tout de suite. Pour les partenaires, il a fallu 5 à 6 mois

6-L’engagement des parties prenantes, c’est naturel! Et contagieux! Employés, membres, clients et partenaires locaux disent oui quand il s’agit de : réduire la consommation de papier, d’eau ou d’énergie. Recycler efficacement par la mise en place de poubelles qui facilitent le tri (Marché de Rimouski et dans toutes les entreprises participantes) et le compostage. Remplacer le plastique en sollicitant partenaires et fournisseurs au Québec et en Ontario. Réutiliser le matériel et les équipements comme le papier, les impressions, les partager davantage localement. Retrouver la proximité avec les parties prenantes pour trouver des solutions économiques, sociales ou environnementales. À développer : la récupération de déchets pour en faire une source de revenus supplémentaires.

7-Objectif, plan d’action et suivi dans le temps sont les clés de la réussite des affaires durables. Intégrer sa politique verte dans son plan d’affaires. Avoir un objectif mensuel, c’est facile à partager avec les employés et les clients, on voit qu’on peut l’atteindre, intéressant aussi à diffuser sur nos médias sociaux. Décliner un plan d’action réaliste, même si c’est difficile quand la saison bat son plein en été par exemple. Le coaching de terrain est un plus qui mérite d’être mieux planifié et suivi, sinon le feu roulant du quotidien nous en éloigne.

8- La transition durable est un acquis pour certains! Trouver qui dans votre communauté a commencé à réduire son impact environnemental depuis 15 à 20 ans, moins de 10 ans ou tout juste. Autant d’exemples et d’initiatives à amplifier. Et des possibilités de collaboration, disponible, là sous son nez. L’éco-responsabilité est maintenant acquise au Québec, des écoleaders aident les entreprises locales dans ces transitions. L’Ontario parle d’économie circulaire et doit traduire cela en soutien concret pour les PME.

9- Volonté des dirigeants et écoute des clients conscientisés! Voilà ce qui met sur la route du développement économique durable. Au Québec, on plante des arbres, on réduit le papier, on innove sur tous les fronts pour réduire les déchets, on éduque, c’est dans les gênes. En Ontario, on réduit le papier, on trouve des alternatives au plastique et on innove sensibiliser les clients et les membres. Les besoins en éducation sont énormes encore.

10-La mentalité des acheteurs et des clients en Ontario et au Québec est différente, établir la confiance c’est la priorité. Ensuite viennent la simplicité, le choix, les relations, la profitabilité, l’expérience et l’impact. Voici ce qui peut guider pour renforcer sa communication en ligne comme dans les magasins. Tous les membres d’une communauté sont interdépendants et contribuent au développement local durable. Il faut se réinventer, même si nous avons des métiers différents, nous recherchons tous la pérennité de notre entreprise. L’innovation naît de la tension.

11- Quand on cherche, on trouve! 5 des membres souhaitaient trouver des alternatives au plastique pour attirer l’attention de leurs clients. Voici leurs options pour se débarrasser du plastique toxique : s’approvisionner en vrac en bac consignés ou réutilisables. Les cuillères et gobelets dégustation compostables ou biodégradables. Les sacs isothermes réutilisables au lieu des sacs en plastique. Les barquettes biodégradables pour remplacer le styromousse. Les sacs en tissus pour emballer les produits finis, qui peuvent être utilisés ensuite comme sacs de jouets ou à linge. Utiliser du papier de journal pour emballer des produits finis ou des cadeaux.

Discussions professionnelles ciblées

Discussions professionnelles ciblées

Le parcours JED au Québec. Il réunit virtuellement les membres JED et leurs invités dans le Bas-Saint-Laurent. La ferme Sageterre, une des six fiducies sociales agricoles au Québec qui poursuit sa mission éducative et de production depuis près de 20 ans. Le St Hubert dont la bannière est en transition écologique depuis plus de dix ans sur tous les fronts: énergie, compostage, emballages verts, voitures électriques et approvisionnement local. Les Saveurs du Bas-Saint-Laurent prend de nombreuses initiatives vers l’écoresponsabilité. L’office du Tourisme et des Congrès de Rivière-du-Loup et la Région du Bas-St-Laurent. En dévoilant ce qui les a incités à prendre leur virage vert, ils donnent la direction à suivre. « Réaliser un guide sur la préservation de l’eau m’a fait prendre conscience de l’urgence. On y pensait, avec JED on commence. La volonté de l’organisation. Les demandes croissantes des congressistes. La clientèle est conscientisée. La volonté de l’organisation de montrer l’exemple et voir l’érosion des berges, la peur de m’embourgeoiser et la volonté avec ma conjointe, d’avoir une ferme en fiducie sociale agricole. La bannière est très engagée et moi aussi dans mes deux entreprises. La volonté d’innover et de devenir écoresponsable. » Chacun à sa manière est fier de partager leurs petits gestes ou les grands depuis qu’ils ont commencé. Presque 80% sans plastique au travail et à la maison. Moins de papier et inclure une politique verte dans notre plan stratégique 2020. Un compteur à gaz à effet de serres et un partenariat pour planter des arbres en compensation. Lors de chaque tour de ville, les participants plantent un arbre. Suppression des bouteilles d’eau en plastique dans les lieux touristiques. Numériser, apporter des concepts nouveaux en écoresponsabilité et des emballages plus durables en 2020. Notre mission éducative et de production avec le kiosque à la ferme depuis 19 ans et des initiatives éducatives en partenariat avec les écoles, un séminaire annuel sur les bonnes pratiques de l’agriculture écologique. 85% d’approvisionnement est local, les voitures et les bornes électriques, 80% des enseignes compostent, les emballages à emporter sont recyclables ou compostables, de nombreux restaurants passent à la géothermie…

En conclusion, les membres JED et leurs invités, ravis de cette première discussion locale et interprovinciale sont bien décidés à amplifier les partenariats locaux, rapprocher les promoteurs des acteurs pour le meilleur avenir du tourisme écologique, ajouter le développement durable à leur plan stratégique. Rendre plus visible les bonnes pratiques écologiques existantes arrive en tête de liste des actions communication et marketing sur tous les média-sociaux adaptés. Chaque organisation, grâce à l’expérience partagée par ses pairs voit des manières immédiates de mieux servir ses clients. Localement. Tout de suite. C’est une autre force du Jumelage Économique Durable!

Co-création en action

Co-création en action

C’est le quotidien de l’atelier d’innovation sociale Mauril Bélanger à Ottawa. Fondé en 2018 par l’université St-Paul Il est une directe émanation de la récente chaire sur les transformations sociales. Il est principalement animé par les dynamiques membres des communautés francophones de l’Ontario et cela contribue à sa personnalité entrepreneuriale et sociale marquée et assumée. Il occupe une partie du sous-sol de la bâtisse si réputée. L’espace ouvert est rénové avec du bois récupéré pour réaliser des bureaux individuels ou collectifs. Les tons beiges, dorés clairs et marrons sont propices au calme et à la concentration. Les fenêtres haut placées fournissent une belle lumière naturelle en tout temps, en toute saison. A quelques pas d’ailleurs, la rivière Rideau pour y faire du kayak ou du canoë, l’été. L’hiver le petit parc et les voisins entretiennent une jolie patinoire naturelle entre les arbres. À cinq minutes à pied, le plus ancien restaurant végétarien de la capitale fédérale, le Green Door est un bel exemple d’économie circulaire. L’atelier est un espace de co-travail dont Laurence est membre. Comme le Hub. L’atelier constitue une des fondations de la réussite du Jumelage Économique Durable. Dès son origine, les professeurs soutiennent ce programme ambitieux dans sa nature et son amplitude : réunir un groupe pilote d’entreprises en Ontario et au Québec pour mesurer les impacts du partage de leurs bonnes pratiques écologiques en terme : social, économique et bien sûr environnemental. Philippe Dufort est le professeur qui, malgré un emploi du temps plus que chargé à l’université est toujours disponible pour la recherche action : la structurer au début, la recadrer et la faire avancer. Mais en plus, tout au long de 2019, il a contribué à :

  • Nous instruire et nous donner accès à des ressources pertinentes ;
  • Nous arrêter quand on partait dans une direction éloignée de l’objectif ou de la démarche ;
  • Nous assister et co-animer un atelier d’innovation sociale durant une des étapes JED.

Pour nous tous, cette relation avec le milieu de la recherche universitaire était une autre première. Elle a permis aussi aux membres non familiers avec l’innovation sociale de plonger dans ses démarches participatives en incluant tout aussi facilement nos invités. Allez-voir le portrait de la recherche action!  Cherchez près de chez vous l’espace de co-travail pour nourrir votre projet de développement économique et durable.

Un programme très économique

Un programme très économique

La crise climatique nous amène à repenser tous nos modèles économiques et toutes nos pratiques. Mais par où commencer?

« C’est simple et c’est pas cher de commencer là où on est, puis d’amplifier. » Jean Corriveau, OBASAN. Le Jumelage Économique Durable met l’accent sur de petits changements d’habitudes et d’en acquérir de nouvelles pour optimiser les opérations. Les bonnes pratiques écologiques pour certains c’étaient déjà du quotidien. Pour d’autres presque tout était à construire. « Parfois, on se dit que nos petits gestes sont des gouttes d’eau, on voudrait avoir plus d’impact, mais il n’y a pas de petit geste. » Nathalie, Domaine Acer. Devenir membre JED en 2019 représente un budget de $1 500. Les entrepreneurs québécois attendaient un retour sur leur investissement en affaires dans l’Ontario. Pour les entrepreneurs et leaders ontariens, c’étaient plus d’information et de pratiques pour conscientiser leur personnel, leurs clients ou leurs membres.

  • Un business world café inter-provincial durant lequel chacun a découvert qu’il avait déjà à son actif, quelques solides pratiques respectueuses de l’environnement ;
  • Trois webinaires et des plans d’actions pour renforcer les pratiques écologiques dans toutes les opérations ;
  • Un coaching de terrain adapté à chaque organisation pour valoriser l’engagement écologique comme facteur de différenciation économique, locale et sociale ;
  • Six objectifs mensuels pour sensibiliser leurs employés, leurs partenaires et leurs clients afin de réduire sa consommation en papier, eau, énergie etc.… ;
  • Un parcours dans chaque province avec des rencontres commerciales ciblées pour mieux cerner les tendances et les attentes des clients plus conscientisés ;
  • Du covoiturage et des trajets en train qui ont renforcé les liens, alimenté des discussions et de nombreux fou-rires mais aussi des pistes concrètes de collaboration locale ;
  • Une recherche-action documentée toute l’année. « La recherche action vise la production de savoir et entretient des visées de changement dans la pratique professionnelle. » Louise Bourgeois, 2016 Aux Éditions de l’Université de Sherbrooke.

Pour être honnête, tous les membres JED ont constaté cet été que leur engagement a été mis à rude épreuve et certains ont même totalement décroché. Ils se sont raccrochés. Grâce aux suivis constants et à l’enthousiasme pragmatique et documenté des coleaders JED dans les deux provinces. Grâce à l’objectif final qui leur tenait à cœur. Grâce à leur volonté de faire progresser leur propre entreprise tout en respectant mieux les ressources locales, précieuses et limitées. « Il ne faut pas lâcher. C’est avec l’information et le partage que l’on peut changer nos manières de faire. Surtout ne pas lâcher. » Christine Bonneau-O’ Neill, L’Orignal Packing, membre JED.

L’engagement des pionniers du JED …en 2min!

En avril 2019, c’est cinq entreprises et deux organismes qui ont rejoint le Jumelage Économique Durable. Leurs dirigeants et employés sont les pionniers du changement vers un développement plus durable!

Ils se sont engagés en 2019 à réduire l’impact environnemental de leurs activités, de leurs entreprises et même de leurs foyers.

Merci à nos membres pour leur ouverture d’esprit et leur engagement:

Probiosphere   Domaine Acer   Obasan   MaltBroue   Orignal Packing   Tourisme Prescott-Russell   Centre de services à l’emploi

Découvrez leur engagement et ce qu’ils en ont retiré!

Merci à nos partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet.