Résumé : Quels bénéfices constatent les organisations qui partagent les bonnes pratiques durables comme un des piliers de leur développement économique? Pour y répondre, le premier programme d’éducation par l’action Jumelage Économique Durable réunit 10 entrepreneurs et leaders en Ontario et au Québec d’avril à décembre 2019. Ils produisent des biens ou des services pour des clients ou des membres, avec de 1 à 15 employés à part une exception. Ils représentent la diversité économique : de l’agro-alimentaire aux services professionnels en passant par la fabrication artisanale de matelas et de produits de traitement de l’eau. Tous recherchent des nouveaux clients ou fournisseurs.

Mots clés : développement économique – bénéfices – circuit court – collaboration

« La recherche pour transformer : la recherche action est un type de recherche d’où un praticien chercheur ou un groupe de praticiens chercheurs, aux prises avec un enjeu concret choisissent d’agir, de chercher et d’éduquer dans le but de soutenir des changements bénéfiques, de contribuer à l’apprentissage et d’améliorer la connaissance dans leur système. » Marie-Hélène Gay PhD, congrès de l’AQPT, janvier 2017, Réveiller le chercheur en soi.

Les acteurs JED par leurs comportements permettent de produire « une recherche action qui répond aux 11 critères scientifiques qui la définit. » Pourtois, Desmet et Tlumsbeeck, 2013). La production d’un savoir valide, crédible, transférable, fiable et de constance interne; le partage du pouvoir dans la recherche action se fait dans le respect de l’autre et l’implication de tous : équilibre, respect des valeurs et des principes démocratiques. Le vouloir agir pour l’amélioration de la pratique professionnelle : authenticité ontologique (existentielle), éducation, faisabilité et appropriation.

L’enjeu concret de tous les entrepreneurs et tous les leaders c’est la pérennité de leur organisation tout en réduisant leur empreinte environnementale, neutre en carbone. Un vrai défi, urgent. Très pressant. Voici les principaux savoirs que la recherche-action a mis en évidence dans les domaines clés des opérations. Énergie : les granules de bois constituent une bonne alternative au fuel. On peut les acheter en vrac (au lieu de sacs en plastique). Elles se stockent en silo. Les interrupteurs individuels économisent l’électricité. Covoiturer davantage réduit l’émission des gaz à effet de serres Eau : la diminution de consommation d’eau se fait au quotidien par l’installation d’aérateurs sur les robinets et par la récupération d’eau destinée au drain. Emballages plastique, des alternatives existent à des prix abordables : papier, carton compostable, biodégradable, suppression de sacs poubelles lorsqu’ils sont destinés uniquement au papier/carton. Papier : suppression ou diminution majeure de la quantité de papier par la numérisation des documents et des processus, en réduisant les impressions et en les partageant plus entre plusieurs personnes et enfin les Assemblées Générales sans papier! Pour noël un des membres réutilise les journaux et publicités papier pour emballer ses paniers cadeaux. Déchet alimentaire : réduction du gaspillage et des déchets alimentaires par le compostage identifié dans des bacs spécifiques ensuite collectés pour en faire des fertilisants Résidus et déchet de fabrication, des études sont en cours chez plusieurs industriels : l’eau pure osmosée intéresse un autre membre acheteur d’eau pure. Options locales de retraitement de matières naturelles certifiées comme la laine, le coton et le caoutchouc pour être réutilisés plus vite et plus près ou encore récupération de plastique propre pour le transformer puis le revendre localement. Chaque membre JED indique clairement son intention d’opérer sans nuire à l’environnement. Ce qu’ils ont unanimement constaté dès les deux premières étapes : c’est l’engagement de toutes les parties prenantes : employés et partenaires locaux dans ces transformations.

Le circuit court permet de réduire les distances entre les producteurs, les distributeurs et les clients. Il est le fondement de l’économie circulaire et nourrit l’économie locale. Voici les changements constatés dans la pratique professionnelle des entrepreneurs et des leaders membres JED. Changement dans le domaine économique : les membres mettent en avant leurs bons gestes écologiques ou leur politique verte sur leur site web et sur leur lieu de vente pour mieux toucher les clients qui de plus en plus font de l’environnement un des critères d’achat prioritaires. Leur plan d’affaires inclue maintenant un axe durabilité. Ils communiquent plus fermement leurs besoins auprès de leurs fournisseurs. Ils économisent sur leurs frais généraux à date. Localement enfin, ils voient les premiers débouchés pour leurs résidus, comme l’eau pure, le plastique. Changement dans le domaine social : tous les membres ont engagé leurs employés pour commencer, loin des réactions de crainte anticipées par la plupart, le personnel accueille les initiatives écologiques avec enthousiasme. Ils se responsabilisent autant pour continuer à réduire le papier, que la consommation d’eau ou d’emballages, ainsi que dans la meilleure signalisation des poubelles plus nombreuses, limitant les déchets et visant un recyclage beaucoup plus efficace. Le compost est amplifié partout où il existe déjà. Pour les autres… c’est une question de mois. Les partenaires et fournisseurs locaux ou inter-provinciaux sont plus sollicités pour identifier les alternatives au plastique à usage unique (près de 40% du plastique produit dans le monde en 2019). Les solutions de remplacement sont maintenant en place pour les cuillères et gobelet de démonstration. Le Domaine Acer a su convaincre tous les partenaires locaux de réaliser le première rencontre zéro déchet lors de la journée annuelles des professionnels agricoles de sa région – avec près de 1000 visiteurs – La plus récente découverte pour la moitié d’entre eux c’est la collaboration locale qui apporte soutien et bonnes idées de développement qui nourrissent maintenant leurs relations. Le premier jumelage est d’abord local, souligne Naider, Probiosphere. Changement dans le domaine environnemental : La durabilité fait partie intégrante de leur stratégie de développement et de leur vision, chacun dans son secteur respectif. Le circuit court s’intègre dans leurs opérations. Ce qui prend encore du temps c’est de trouver le partenaire ou fournisseur local ou interprovincial proche. Quand il n’existe pas, un des membres décide de créer une activité pour retraiter ses matières premières naturelles. Ou encore d’avoir sa propre unité de transformation de plastique en microbilles dont les débouchés restent à trouver.

Le processus de la recherche action suit naturellement la planification du projet. Voici les étapes majeures pour le Jumelage Économique Durable :

  1. Définition de la question de départ et d’un objectif final : répondre à la question et mesurer ;
  2. Définition de la situation actuelle : fiche individuelle des organisations membres ;
  3. Éducation par trois webinaires et le partage des bonnes pratiques et un plan d’action sur mesure ;
  4. Coaching et accompagnement sur le terrain ;
  5. Parcours en Ontario et au Québec : collaborations concrètes entre professionnels des deux provinces;
  6. Documentation des étapes: tout noter lors des séances de groupe, ou par questionnaire individuel ;
  7. Les six boucles de rétroaction permettent les ajustements du programme ;
  8. La diffusion de la Recherche-Action JED est multi-canal: trousse JED en PowerPoint et portraits.
Share This